Informacyde

High-Tech & Co – Depuis 2004

Catégorie : Tests (Page 1 sur 2)

4 mois avec Apple Pay

Depuis environ 4 mois, je teste Apple Pay depuis mon iPhone et mon Apple Watch. Un service qui n'est pas disponible dans toutes les banques, mais surtout, dans peu de commerce. Alors quelle utilité à cet outil de paiement aujourd'hui ? Voici un premier bilan après 4 mois d'utilisation.

Avoir Apple Pay, ce n'est pas ce qu'il y a de plus simple aujourd'hui. Toutes les banques ne le proposent pas. Il faut dire qu'Apple ne laisse rien au hasard et que les banques sont obligées de lui reverser une somme pour utiliser son service. Mais d'un autre côté, les clients sont attirés par les nouveautés, donc il n'est pas forcément conseillé de passer à côté.

J'ai changé de banque récemment et ma nouvelle propose Apple Pay. Quelle chance ! Sauf que pour avoir ce service gratuit, j'ai dû changer de carte bleue. Passer de MasterCard à Visa. Ma conseillère m'avait soutenu que c'était quasiment pareil en tout point. Je n'ai pas cherché plus loin… sauf qu'un point m'a déçu, je préfère le dire pour ceux qui voudraient suivre le même chemin que moi : MasterCard permet le débit immédiat sur votre compte bancaire, mais pas la carte Visa (on me signale dans les commentaire que l'on peut avoir le débit immédiat avec cette CB, je vais donc me renseigner sur mon cas !). Et ça, je n'aime pas ! Je m'y suis fait, mais j'aime suivre au jour le jour mes dépenses.

Une fois votre Visa en main, Apple, comme toujours, sait vous guider pas à pas pour installer votre CB sur votre téléphone, liée à Apple Pay. Tout se fait en quelques minutes via l'application Wallet.

Et maintenant, je peux payer ?

Oui, tout est prêt pour utiliser Apple Pay. Mais…soyez patient ! Je suis déçu de dire qu'en 4 mois, j'ai peut-être payé 3 fois avec ce système. La contrainte principale, me concernant, est que l'on ne peut pas dépasser 20 euros. Théorique, ma banque me permet de payer jusqu'à 300 euros avec, mais je n'ai pas réussi à le faire. Mais au-delà de ça, rares sont les commerçants à avoir changé leurs terminaux de CB pour accueillir ce type de paiement, même parmi les grandes enseignes. Donc 20 euros ou pas…

Alors ça sert à rien ?

Oui et non. Il y a quelque temps, je suis sorti de chez moi sans portefeuille donc sans argent sur moi. Et j'en avais besoin. Je me suis dit à ce moment-là qu'Apple Pay aurait pu me rendre service, ça aurait été en tout cas rassurant, si ce n'est qu'il faut bien cibler les commerces avant d'y rentrer…

J'ai bon espoir que le nombre de points de paiement s'agrandisse dans peu de temps, Apple étant très présent et très utilisé.

Je ferai un nouveau point dans quelque temps, selon l'évolution.

Mon avis sur Apple Music

Depuis 2 mois, j’ai quitté Naspter, une application de streaming musical en ligne qui était attachée à mon forfait SFR, donc offerte. Au fil des années, cette application avait bien évolué, comme je l’ai expliqué dans ce billet.

J’ai souhaité me rapprocher d’Apple, pour avoir une homogénéité entre tout mon matériel, exclusivement Apple.

Pour cela, j’ai quitté l’offre d’SFR pour allez chez RED, à 15 euros par mois. Par conséquent, plus de Napster, mais Apple Music pour 9,99 euros par mois.

Aujourd’hui, j’ai accès à ma musique sur mes ordinateurs via iTunes, sur mes deux portables et mon iPad, tout cela en application native, chose que j’apprécie.

Apple Music, c’est bien ?

Il faut être réaliste, Apple Music n’est pas spécialement mieux ou moins bien que Napster ou encore Spotify, le leader du domaine (60 millions d’utilisateurs payants pour 30 millions chez Apple, malgré la constante augmentation).
Son catalogue est complet, en tout cas pour moi qui écoute un peu de tout, la navigation est fluide et efficace.

Je ne suis pas très fan du design de l’application, en particulier des playlists qui prennent trop de place sur l’écran. Mais Apple changera certainement cela avec le temps.

L’avantage d’Apple Music

Si tous les services de streaming se valent dans l’ensemble, il y a une chose qu’Apple Music fait mieux que les autres. On peut ajouter sa propre musique dans la bibliothèque et la retrouver dans le Cloud, donc sur tous nos appareils, mêlées au catalogue général. C’est génial !
Avant l’émergence de ces services en ligne, j’avais constitué comme beaucoup d’entre nous un catalogue bien à moi de musiques arrivées tout droit de mes CD ou récupérés sur internet. Il y a parfois certains remix qui sont rares et ne sont pas forcément officiels.
La fonction Recherche vous permet de sélectionner Apple Music ou votre bibliothèque personnel. Pratique !
Aujourd’hui, j’ai tout, ensemble. J’ai retrouvé d’ailleurs de belles pépites !

Les fonctions d’Apple Music

Apple propose quelques fonctions intéressantes. Je ne m’en sers pas énormément mais parfois, je suis content de les trouver.

Pour vous

Lorsque vous commencerez à utiliser l’application sur votre smartphone, vous devrez répondre à quelques questions pour mieux connaître vos goûts musicaux. C’est là que « Pour vous » prend tout son intérêt. Apple Music va cibler ce que vous aimez, aussi en fonction de vos playlists, afin de vous proposer un contenu personnalisé.

Cette page vous donnera également accès à Connect, une sorte de réseau social pour échanger avec et sur les stars de vos choix. Ne l’utilisant jamais, je ne peux pas vous faire un retour particulier à ce sujet mais il est utilisé par un certain nombre de personnes (je sais, c’est vague) sans être un succès pour autant.

Explorer

A vous les nouveautés, les découvertes, les vidéos exclusives proposées par Apple ! Dans chaque domaine, l’enseigne à la pomme propose un large choix, vous n’arriverez jamais jusqu’au bout, il y a de quoi faire.

Radio

Comme pour la rubrique Explorer, vous avez le choix de nombreuses radios sur vos thèmes préférés. Encore une fonction que je n’ai pas explorée, certainement à tort.

Conclusion

Je suis satisfait de mon changement. Non pas parce que Napster ne me convenait pas, bien au contraire. Mais la cohérence proposée par Apple est ce que je cherchais, surtout depuis l’achat des Airpods que je contrôle depuis l’Apple Watch.

Apple Music est à la hauteur de ses concurrents et mérite toute notre attention.

Chargeur 4 USB

J’ai posté un billet il y a quelques temps pour vous proposer des objets afin d’accompagner vos voyages.
Je regrette d’avoir oublié le chargeur que je vous propose aujourd’hui car c’est un produit incroyable ! Un chargeur 4 USB qui s’adapte au monde entier !

Je l’ai utilisé rapidement après réception puisque je partais quelques jours de chez moi. Je n’ai eu aucun reproche à lui faire après avoir branché 4 appareils en même temps. J’ai poursuivi dans ce sens puisque je l’utilise désormais au quotidien chez moi.

Dans packaging, vous trouverez 4 adaptateurs secteur. Ils vont permettrons de parcourir le monde sans problème !
Vous trouverez également…le chargeur !
J’ai tout de suite été surpris par une chose : la qualité du produit. Ce n’est pas toujours le cas quand un appareil est peu coûteux. Mais ici, vous avez un véritable appareil solide et plutôt design, ce qui ne gâche rien !

J’ai découvert Olixar, la marque de ce produit, grâce à ce test. J’ai été visiter leur site internet, remplie de trésor. Ils savent de quoi il parle, les accessoires, c’est leur domaine !

A l’ouverture, j’ai tout de suite clipsé l’adaptateur français au chargeur. La encore, la qualité du produit se fait sentir. C’est fluide, c’est propre.

J’ai testé une charge complète de mes appareils avec ce chargeur mais aussi la charge avec un seul appareil. Le chargeur est toujours aussi efficace et ne faiblit pas.

J’ai tout de même noté un point négatif, qui, selon les utilisations, pourra vous énerver. Il fait du bruit, quand il charge vos appareils. Un petit bruit qui n’est pas forcément agréable. Cependant, il est juste à côté de moi lorsque je dors, je ne peux pas dire que ça me dérange réellement, et je le débranche au réveil sans attendre.

Vous avez donc la possibilité de charger 4 appareils en USB-A (l’USB classique) avec, à chaque, 4,8A ! Autant dire que c’est top !
Ayant deux iPhone, un iPad et un Apple Watch, je suis désormais bien équipé !

Répétiteur Belkin Home Wifi

De plus en plus indispensable, le wifi est partout et on a du mal à s’en passer ! Les bornes de nos FAI (Fournisseurs d’Accès Internet) ne sont pas toujours à la pointe des dernières technologies puisqu’elles sont bons marchés et on ne va pas leur en vouloir pour cela. Par conséquent, on se retrouve vite dans une pièce où le réseau peine à suivre. Et donc…difficile de surfer correctement sur le web. Pour corriger cela et ne pas vous laisser sans ondes dans votre chambre (par exemple) vous allez pouvoir utiliser ce répétiteur Belkin, qui va simplement étendre votre réseau. Simple et efficace !

Comment ça marche ce truc ?

Il faut avoir une borne connecté en CPL, c’est-à-dire qu’internet passe par le courant électrique. Si c’est bien le cas, vous pouvez y aller ! Branchez la prise à votre secteur et suivez la notice qui est particulièrement bien pensée. Il faudra vous connecter à une adresse web locale (type 192.168…) et rentrer le SSID (nom) du wifi et le mot de passe du wifi que vous voulez étendre. Et c’est terminé, vous captez votre réseau dans votre chambre.

Attention, c’est un produit bon marché, il faut avoir conscience que vous ne pourrez pas capter de manière incroyable à une grande distance du répétiteur. Vous pourrez également avoir quelques moments de flottement dues à cet outil mais aussi à la borne de votre FAI.
Aujourd’hui, les réseaux sont de plus encombrés et il est difficile, lorsqu’on n’a pas la fibre, d’avoir un réseau de qualité.
Pour ma part, je suis chez Free et j’envisage de plus en plus une autre solution tellement le réseau est faible (ou pas assez élevé). De plus, le wifi n’est pas très en forme. Lorsque c’est un outil de travail, les choses deviennent compliquées, forcément.

Pour conclure, je pense que vous avez saisi, c’est un outil qui fonctionne bien. Belkin propose toujours des appareils de qualité et celui-ci ne déroge pas à la règle.

Je me suis procuré cet appareil chez MobileFun mais il ne le vende désormais plus. Vous pourrez le trouver ailleurs facilement cependant.

 

Test sur Smart Tracker NUT

Depuis le mois de septembre, je teste le Smart Tracker NUT qui permet de retrouver l’objet auquel il est accroché. C’est petit, c’est fin et discret, et l’installation se fait très rapidement grâce à l’application qui, une fois téléchargée et installée, vous guide pas à pas. Cette partie là est bien faite, ce n’est pas compliqué, tout le monde peut y arriver.
J’ai décidé de faire ce test avec des clés. C’est ce qu’il y a de plus facile à perdre et de plus énervant. Certains pourraient le mettre sur leur téléphone ou encore dans la sacoche de leur ordinateur, pourquoi pas.

Alors, c’est bien ?

Je l’ai accroché dans un premier temps à mes clés du boulot. C’est un trousseau avec lequel je m’amuse beaucoup dans la journée alors le porte-clés est malmené mais surtout, j’appuie régulièrement par inadvertance sur le bouton  du boîtier qui permet de retrouver son téléphone portable. Par conséquent, ça sonne ! Et si jamais votre téléphone n’est pas en silencieux, vous allez presque réveiller le quartier (la sonnerie peut se configurer) ! D’un côté, c’est pratique car on est certain de retrouver son téléphone rapidement. Mais si vous êtes en réunion, ça sera moyen… L’application de votre téléphone vous permet néanmoins de paramétrer un mode silencieux temporaire à l’ouverture de celle-ci.

Par conséquent, j’ai opté pour accrocher le Smart Tracker à mes clés de maison.

L’application permet de définir une zone de silence. Dans ce/ces lieu(x), le boîtier ne réagira pas si vous vous éloignez de vos clés car ils seront reconnus comme zones spécifiques. J’ai donc rajouté mon lieu de travail et mon domicile. On peut en mettre plusieurs.
Il est également possible de rajouter des périodes de silence. Je n’utilise pas ce mode car je ne vois pas l’intérêt dans mon utilisation.

Sur mon iPhone, je peux savoir sur la page d’accueil visuellement, selon une jauge remplie (ou non) si je suis proche du Tracker. Et si besoin le faire sonner…

Le GPS de l’application fonctionne très bien. Il vous montre où se trouve la dernière position enregistrée de votre petit appareil et votre position à vous ! Il n’y a plus qu’à…

Votre téléphone vous permet d’ajouter plusieurs Tracker en quelques secondes. Vous pouvez donc contrôler plusieurs objets.

Et au quotidien, ça donne quoi ?

J’ai hésité quelques fois à retirer l’appareil de mes clés. Mais pour le moment, je le garde.
Son petit défaut, c’est de s’activer et faire sonner son téléphone sans toujours comprendre pourquoi. J’imagine que je dois appuyer dans la poche de mon manteau sur le seul et unique bouton du Tracker. Par conséquent, il fait son boulot et se déclenche. Si le portable est en silencieux, ça va, sinon, comme je le disais plus haut, c’est ennuyeux. L’avantage, précisons-le quand même, c’est qu’il vibre d’une façon très reconnaissable que vous sentirez à coup sûr !

Je n’ai, heureusement, pas encore eu besoin de m’en servir mais je me dis que si je retire le porte-clés, je vais les perdre deux jours après… J’ai tellement peur que ça m’arrive… je préfère le garder, quitte à supporter les petits bugs qui restent rares.

C’est un bel appareil, il est plutôt joli et ne prend pas de place. On le remarque à peine. Je le conseille vivement aux personnes qui sont tête en l’air, ça vous sauvera la vie plus d’une fois !

Test du MacBook Pro 15′ Touch Bar

Depuis plus d’une semaine, j’utilise quotidiennement mon nouveau MacBook Pro 15′ Touch Bar avec beaucoup de plaisir. C’est le dernier bébé d’Apple et on peut dire qu’il a fait couler beaucoup d’encre pour ces défauts, plus ou moins vérifiés.
Comme d’habitude, je ne vais pas faire un test complet, tel un journaliste que je ne suis pas. Vous avez ce qu’il faut sur iGen.fr par exemple. Je vais plutôt essayer de partager mon expérience d’utilisateur, certes, fan d’Apple, mais qui a besoin d’un outil efficace pour travailler sur du pro et du perso. Par exemple, j’ai installé WMware Fusion car j’ai besoin de Windows au quotidien.
1 semaine, c’est peu pour un ordinateur avec autant de nouveauté alors je pense que je ferai un second test dans quelques mois afin de pousser la réflexion un peu plus loin.

J’ai commandé le MacBook Pro Touch Bar en 15 pouces 2.9GHz Quad-core Intel Core i7, avec 16 Go de RAM, 512 Go de disque SSD et la carte graphique Radeon Pro 460 avec 4 Go de mémoire. Le reste, c’est commun à tous les modèles, c’est à dire le nouveau clavier papillon, un écran rétina amélioré et plus fin, 4 ports thunderbolt/USB-C, la Touch Bar, le Touch ID, le trackpad géant et le son tout nouveau tout beau ! N’oublions pas la finesse qui a été amélioré pour se rapprocher du MacBook Air et le nouveau coloris disponible : le gris sidéral.

La machine

Difficile de ne pas tomber sous le charme de ce magnifique ordinateur. Bien sûr, pour ce prix-là (environ 3500€), tout doit être parfait. Mais parfois, il y a une différence entre ce qui doit être fait et la réalité. Ici, vous avez un ordinateur parfait, sans aucune fausse note. Le déballage est magique, tout comme le premier allumage. La nouvelle couleur proposée, le gris sidéral, est sublime.
Je suis déçu du poids. Je le pensais plus léger, mais ce n’est pas encore ça. C’est un modèle 15 pouces alors forcément, je dois quitter les habitudes que j’avais avec le MacBook Air 11 pouces, bien plus léger. La machine ne chauffe pas beaucoup, encore un bon point.
La finesse est impressionnante. Il arrive à améliorer cet aspect à chaque nouvelle machine. Forcément, pour arriver à ce résultat, il faut faire des concessions. Le choix a été de supprimer de nombreux ports au profit de l’USB-C, une connectique qui va nous envahir, pour notre bien. Comme toujours, Apple est en avance. Certains pensent qu’ils le sont un peu trop cette fois…
Ce nouveau Macbook Pro est donc de toute beauté, sa finition est parfaite.

La batterie

C’est un sujet épineux. Difficile d’émettre un avis totalement constructif après une semaine d’utilisation, surtout que je le charge souvent pour être tranquille. Il faut dire aussi que mon ancien ordinateur, le MacBook Air 11 pouces première génération avait une batterie fatiguée. Je ne tenais même pas 2h. Je suis forcément heureux avec ce nouvel ordinateur et je manque de repère pour savoir si la batterie fonctionne bien ou non.
Ce qui est certain cependant c’est que le batterie se consume assez facilement. J’ai utilisé iStats pour mesure le temps restant. Selon mon utilisation (de basique à intense), j’ai dépassé les 10h ou j’étais à moins de 5h. Je l’impression qu’en utilisation simple, l’ordinateur va peu solliciter ses ressources et par conséquent, laisser la batterie tranquille. En utilisation plus spécifique, le batterie va être fragile… Mais concrètement, en utilisation normale bureautique, sans faire du montage, par exemple, le batterie tient 5 bonnes heures, pas plus. C’est très peu…
Je ne suis donc pas vraiment satisfait. Je pense qu’Apple n’est pas au point là-dessus. Je ne désespère pas, en revanche, d’avoir une meilleur gestion de l’ensemble dans une mise à jour de MacOS.

Le Touch ID

Oh que c’est pratique d’avoir le Touch ID sur son ordinateur ! J’en suis déjà un grand fan sur mes iPhones, mais alors là…
Attention cependant, ma joie ne me masque pas la réalité du terrain. Il y a encore un petit chemin à faire pour cet outil de la part d’Apple et des éditeurs de logiciels pour l’utiliser plus souvent. C’est trop léger à mon goût alors que c’est un gain de temps appréciable.
Le déverrouillage via l’Apple Watch est devenu sans intérêt ici. Je n’aime d’ailleurs pas ce système car l’ordinateur se déverrouille tout seul, sans rien demander. J’aurais préféré que ma montre me demande une validation.

La Touch Bar

Oui, c’est la nouveauté du moment, c’est ce qui accroche en premier les yeux, après le clavier, quand on découvre cette machine. J’ai lu de nombreuses déceptions avant d’avoir la machine dans mes mains. Gadgets, inutiles, etc. Par hasard, je suis tombé sur un blog qui montrait comment exploiter plus en profondeur la Touch Bar, et c’est ce que j’ai fait, comme je l’explique dans ce billet.
La Touch Bar est belle et pratique. Sans parler du fait que ça soit une nouveauté, elle trouvera une utilité différente selon les utilisateurs. C’est-à-dire si vous êtes débutants ou si vous connaissez les raccourcis claviers… Néanmoins, je pense que c’est surtout de nouvelles habitudes à prendre. Dans certaines situations, c’est vrai, les raccourcis claviers vont être plus rapides et plus efficaces. Mais dans d’autres, pas forcément.
De mon côté, j’ai une Touch Bar qui me permet, aujourd’hui, d’accéder à mes applications favorites et à mes dossiers favoris, grâce à quelques bidouilles. C’est génial, surtout que j’ai découvert BetterTouchTool, logiciel pour lequel je ferai prochainement un billet car c’est véritablement génial !
Je note cependant qu’il m’arrive de toucher la Bar sans le vouloir, quand je regarde une vidéo par exemple et que mes doigts se posent sur la clavier. J’appuie quelque part sans le vouloir. Et ça m’est arrivé plus d’une fois. Je note également qu’elle chauffe quand on utilise longtemps son ordinateur. Mais ce n’est pas très dérangeant. Elle est très agréable au toucher.
Si vous êtes dans un endroit très éclairé, vous pourrez parfois avoir du mal à voir les touches. Par ailleurs, j’aurais aimé avoir une qualité se rapprochant un peu plus du rétina.
J’ai peur maintenant de retrouver un clavier différent et de me séparer de la Touch Bar…

L’écran

Je ne sais pas si je vais arriver à faire plus de 3 lignes sur cet aspect de la machine. L’écran est parfait en terme de résolution, de luminosité, de réactivité… On peut difficilement espérer mieux.
Sa finesse est incroyable, c’est une allumette.
Si l’on doit trouver un défaut, ça sera la pomme qui ne s’allume plus derrière, c’était un petit plus sympa, sans être indispensable.

Le clavier

Lorsque j’ai découvert le MacBook en Apple Store, j’ai immédiatement espéré que les futurs machines du constructeurs aient le droit au même clavier !
C’est chose faite, je tape actuellement avec et c’est une réussite. Les touches sont grandes et franches. On peut taper rapidement sans ressentir la moindre fatigue. La sensation est très agréable. Il faut aimer ce type de petites touches fines, ce n’est pas le cas de tout le monde.
Il y a cependant un défaut notable, c’est le bruit des touches. C’est parfois dérangeant, pour soi, mais surtout pour son entourage. On ne passe pas inaperçu. Je n’ai pas encore utilisé la bête en réunion pour prendre des notes mais je sens que je vais me faire remarquer…
Je dois ajouter un autre défaut qui m’énerve souvent : la taille des flèches haut et bas, ridicule. Ce sont des touches que l’on utilise régulièrement, ne serait-ce que sur Excel. Et il faut bien le dire, c’est galère, même si tout est une question d’habitude.

Le son

Vous lirez partout que ce MacBook Pro a un son incroyable : c’est vrai ! Je ne savais pas qu’Apple nous ferait cette surprise, mais elle est bonne ! Nous ne sommes pas en 5.1 mais on peut désormais profiter d’un son de qualité avec de la puissance. Pour une si fine machine, c’est très positif.

Les connectiques / les adaptateurs

« C’est révolutionnaire, il faut tout racheter ». Voilà des mots que l’on emploie souvent pour se moquer d’Apple, depuis les Guignols de Canal+. Mais nous ne sommes pas toujours loin de la vérité. Ce n’est pas la seule marque à faire ça pour autant, les choses évoluent, c’est aussi normal…
Nous sommes sur un point qui est passé en travers de la gorge de nombreuses personnes. Ne plus avoir de slot SD, de ports USB, etc., pour machine professionnelle, ça fait un choc au début. Et même après. Même la finesse de l’appareil est très appréciable, c’est galère de ne pas pouvoir brancher facilement et rapidement ce que l’on a besoin. C’est galère d’avoir toujours besoin d’adaptateur même si, bien évidemment, on s’y fait vite et l’on ne se pose pas de question. Il faut juste s’organiser pouvoir avoir tout ce qu’il faut avec soi.
A mon bureau, je dois brancher un hub, deux écrans, le chargeur… oui, c’est le bordel ! Je n’ai peut-être pas choisi les meilleurs adaptateurs possibles, il faut que je me renseigne, que je fasse des tests. Mais quand tout est branché, le MacBook Pro ressemble à une machine au bord de la mort que l’on essaye de maintenant en vie sur un lit d’hôpital. Dommage de cacher sa beauté comme cela…
L’abandon du MagSafe est une bêtise à mon sens. On peut heureusement retrouver un système similaire sur le net pour protéger son ordinateur d’un éventuel accident. Il est néanmoins pratique de pouvoir recharger son ordinateur sur l’un des 4 ports au choix, que ça soit à droite ou à gauche.
Il y a de quoi se questionner sur la cohérence d’Apple à ce sujet. On ne peut pas brancher son iPhone à son ordinateur… Les AirPods, qui viennent de sortir, ne veut pas non plus s’y connecter…

Le trackpad

Mais pourquoi donc un si grand trackpad ? Je n’ai pas la réponse… Est-ce parce qu’il y avait de la place à ne pas laisser vide pour rien ? Quoi qu’il en soit, c’est très confortable. Toujours aussi agréable, doux et réactif, la présence de Force Touch est pratique, même si je n’en vois pas totalement l’utilité. Mais heureusement, BetterTouchTool va me permettre d’exploiter cette fonction.
On ne réfléchie plus quand on veut utiliser le trackpad pour un geste spécifique, on tombe tout de suite dessus, sans se tromper.
Certains disent le toucher lorsqu’ils tapent sur le clavier. Je n’ai pas ce problème personnellement. J’utilise peut-être le clavier d’une autre manière, je l’ignore…

Le disque dur SSD

J’ai entendu de si belles choses sur le nouveau type de disque dur SSD de cette machine que j’avais hâte de découvrir ça ! Je n’ai sans doute pas eu la possibilité de voir la bête à l’usage car, pour le moment, je n’ai rien vu d’incroyable à ce niveau là. Mes fichiers se copient et s’enregistrent toujours de la même manière. Ce qui était lent reste lent. Mais j’imagine que je verrai cet avantage dans un avenir proche ainsi que pour la longévité de mon ordinateur.

WMware Fusion

Pour mon travail, j’ai installé WMware Fusion, qui permet d’installation un autre OS, virtuellement, sur son Mac et de bosser avec, en même temps, en toute transparence.
La compatibilité, dans l’ensemble, est bonne. La puissance de ma machine lui permet de suivre et de faire fonctionner les deux sans problèmes.
Fusion doit à mon sens subir encore quelques mises à jour pour corriger des bugs et être un peu plus performant et réactif. Parfois, ça déconne ici ou là. Rien de méchant cependant, on peut travailler correctement sans se soucier de son installation. Je n’ai pas encore résolu l’ensemble de mes petits problèmes, comme la résolution qui s’adapte selon si je bosse avec des écrans externes ou si je bosse sur la MacBook Pro directement. Mais l’essentiel est en osmose complète avec le mac.
J’ai essayé d’utiliser la suite Office de Windows que je trouve (sur Windows !) plus performante, mais l’idée n’est pas bonne. J’ai vraiment du mal à être sur une interface Windows quand je suis sur mon mac…
Autre point essentiel de ce paragraphe, la batterie ! Vous allez consommer pas mal de batterie avec WMware démarré. Pour ma part, je serai surtout à mon bureau, donc branché au secteur alors, aucune problème. Mais en dehors, le problème devient plus compliqué, surtout avec la batterie de ce mac qui n’est pas la meilleure.
Je reste convaincu que passer par un logiciel comme celui-ci reste la meilleure solution. Utiliser BootCamp pour avoir Windows, je ne vois pas l’intérêt, sauf si l’on achète le mac uniquement pour mettre cet OS dessus, mais là, c’est un autre cas de figure.

Conclusion

Cette machine est très chère mais j’ai l’impression que c’est le prix à payer pour avoir cette qualité, ces détails, ces nouveautés.
Je suis très heureux de ce nouveau MacBook Pro Touch Bar. Je prends du plaisir à l’allumer, à taper sur la clavier, à regarder l’écran, à utiliser la Touch Bar et le Touch ID…
Il répond parfaitement à mes besoins même si, à la longue, je lui trouverais certainement quelques défauts. Pour le moment, la machine est neuve, robuste, pleine de vie… le temps modifie toujours un peu les choses.
Cet ordinateur va être utilisé dans un cadre semi-personnel et professionnel. Ca me donnerai une bonne idée pour refaire un billet prochainement ou mettre à jour celui-ci.

Oreillette Bluetooth Aukey

71uls2vq4l-_sl1500_

Depuis quelque temps déjà, je m’intéresse aux écouteurs sans fils. Est-ce vraiment pratique ? Mais surtout, ne perd-on pas de la qualité audio ?

Je me suis lancé en testant pour Aukey les oreillettes bluetooth 4.1 Sport qui fonctionnent pour l’essentiel des appareils. Ils ne sont pas totalement sans fils, certes, mais ils ne sont pas reliés à mon téléphone.

Je ne l’ai pas essayé longtemps car je j’ai peu porté par manque d’intérêt mais surtout pour une question d’esthétique.

Le design n’est clairement pas le point port de ce produit. Quand on le porte, on a l’impression d’avoir ce fils qui permet de garder les lunettes autour de son cou à fin de ne pas les perdre. Il faut donc aimer ; personnellement je n’ai pas accroché au look que ça me donnait.

61us31qwlrl-_sl1500_

L’appareil n’est pas fin et est très (trop ?) voyant. J’ai eu du mal à le fixer à mon oreille. La encore, c’est personnel, mais je n’aime pas ce type d’écouter qui rentre en profondeur dans votre oreille. Je trouve cela désagréable.

Les fonctions sont en revanche intéressantes. Vous pouvez téléphoner, gérer votre musique comme avec les écouteurs Apple. La batterie permet de ne pas rester accroché à son chargeur ce qui est un point positif à l’heure où l’on se balade tous avec un chargeur externe.

71jzvva7xil-_sl1500_

Bien sûr, nous sommes sur une petite qualité mais c’est normal pour ce prix là. C’est déjà très correct et si vous en prenez soin, votre produit durera longtemps, surtout qu’une petite pochette se trouve dans la boîte. J’ai apprécié aussi recevoir plusieurs embouts de rechange.

Pour conclure, même si ce n’est pas un produit dont je vais avoir l’usage pour des raisons pratiques et esthétiques, j’imagine bien qu’il peut trouver preneur chez les sportifs par exemple ou encore ceux qui téléphonent souvent au bureau.

img_2700-copie

Page 1 sur 2

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén